MCBTH, d’après Macbeth de William Shakespeare, adaptation et mise en scène de Guy Cassiers.

 

réalité, imagination

pouvoir, envie

musique, chant

lumière et ténèbres

intimité, éclat

action, prédiction

contrôle, ruine

 

Cette pièce est une tragédie de l’imagination. Beaucoup de contrastes ressortent, le spectateur se perd pour savoir ce qui est vrai, ce qui est folie, quels sont les éléments mis en avant et ceux que l’on doit prendre avec recul. Il y a tout un jeu de mise en scène remarquable, et les acteurs sont d’autant plus mis en valeur.

L’histoire tourne autour d’un personnage principal, Macbeth. Au début de la pièce cet homme se plie aux vaticinations de trois sorcières qui l’accompagneront par différentes apparitions par la suite. Avec cette entrée, nous sommes tout de suite plongés dans cet univers dubitatif, on ne sait si elles sont là pour l’aider, ou si elles sont signe de folie et manipulation.

Le spectateur remet toujours en question ce qui se déroule sous ses yeux, est-ce fictif et qu’est-ce qui ne l’est pas? Les choix du metteur en scène accentuent ses questions, puisque les informations sont réduites à l’essentiel. Nous le remarquons avec le choix du nombre d’acteurs qui se réduit à cinq alors que des figurants devraient être présents. Seules les personnes qui influencent le cours de l’histoire sont sur scène, nous sommes poussés à combler les informations manquantes, à nous faire des projections. Pour compenser cette réduction à l’essentiel il y également des musiciens et trois chanteuses qui sont les sorcières. Par le choix de synthèse réside dans cette pièce une interrogation, celle de savoir si cette dernière est à considérer uniquement comme une pièce de théâtre. En effet à certains moments l’on pourrait croire à un opéra. Encore là, le metteur en scène se joue de nous pour que le doute persiste. Le jeu des acteurs, les intervenants musicaux, le changement des décors… tout repose sur un rapport d’équilibre avec un élément controversant pour justement alimenter cette idée du fantastique. Toute l’histoire est basée sur des renversements;  le principal est celui d’un prince trop ambitieux, peu vaillant dont le regard sera éclairé.  Malgré ces prédictions, cet avantage n’ira pas dans son sens puisque tout lui échappera, comme ceux qui semblaient le contrôler.

Angèle L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s